Le site d’Angerville dispose de qualités rares en Ile de France permettant d’accueillir 10 éoliennes, soit le parc éolien le plus important de la région :

– Un potentiel éolien favorable : un régime de vents adapté et régulier, qui provient essentiellement du quart sud-ouest.

Un vaste site agricole, sans contraintes techniques ni environnementales rédhibitoires, sur un territoire fortement modelé par l’Homme

– Paysage marqué par la plaine céréalière de la Beauce et les infrastructures qui traversent le secteur : un espace vaste et homogène adapté à l’accueil des éoliennes,
– Absence de milieux naturels sensibles,
– Avis favorables de l’Armée de l’Air.

– Des études menées sur l’environnement, l’acoustique et le paysage
Ces études ont été synthétisées dans l’étude d’impact du projet, pièce réglementaire des demandes de permis de construire. L’instruction de ces dossiers a fait l’objet d’échanges, de refus d’autorisation, puis d’obligation vis-à-vis de la Préfecture. Les arrêtés d’autorisation sont d’ailleurs conditionnés à la mise en place de mesures compensatoires, attestant de l’attention particulière portée aux questions d’environnement, d’acoustique et de paysage.

– Des permis de construire accordés en décembre 2011, légaux et purgés de tout recours
Le projet est conforme au Plan Local d’Urbanisme de 2006, modifié en 2015.
Par ailleurs, le Schéma Régional Eolien d’Ile de France (annulé par le Tribunal de Paris) ne s’applique pas au projet éolien d’Angerville. En effet, la loi Brottes adoptée en avril 2013 a fait disparaître les zones de développement éolien, rendant caduc le schéma régional.