Le financement participatif dédié au parc éolien hybride de Sainte-Rose a rencontré un vif engouement ! Il a atteint son 1er objectif de collecte, fixé à 250.000 €, en moins de 3 jours !

Pour accompagner cette dynamique, un nouvel objectif de 250.000 € est proposé, réservé exclusivement aux Guadeloupéens.

 

La collecte sera en ligne jusqu’au 7 février 2020 sur www.lendosphere.com/sainte-rose

250.000 € en moins de trois jours : des investissements possibles à partir de 50€

VALOREM a ouvert le 8 décembre dernier le financement de son parc éolien hybride à la participation citoyenne. En moins de trois jours, 336 investisseurs ont ainsi prêté 250.000 €, avec des sommes comprises entre 50 € et 5.000 €, preuve d’un bel engouement pour cette opération. Afin d’accompagner cette dynamique et de la réserver aux plus proches riverains du projet, le nouvel objectif de collecte a été porté à 500.000 € depuis le 11 décembre.

Nouvel objectif réservé aux Guadeloupéens

Seuls les Guadeloupéens peuvent désormais prêter pour cette opération. Les riverains du projet, résidant dans la Communauté d’Agglomération du Nord Basse Terre, ainsi que les habitants du reste de la Guadeloupe bénéficient de conditions préférentielles d’investissement.

Retrouvez les modalités (durée, taux d’intérêt…) sur : www.lendosphere.com/sainte-rose

Cette opération de financement participatif favorise le recours à une épargne en circuit court et permet des retombées économiques directes pour les riverains. Les Guadeloupéens peuvent ainsi investir dans un projet situé près de chez eux et positif pour l’indépendance énergétique de l’île.

 

Pour Jean-Yves Grandidier, président fondateur de VALOREM : « Véritable défi humain et technologique, la réalisation du parc éolien hybride de Sainte-Rose est un bel exemple pour la transition énergétique des zones insulaires. Terre d’innovation, la Guadeloupe peut être fière d’accueillir ces grandes éoliennes qui lui permettront de réduire sa dépendance aux énergies fossiles. Aujourd’hui, nous souhaitons proposer aux Guadeloupéens d’épargner dans ce parc, une façon pour eux de s’approprier ce nouveau mode de production d’énergie tout en bénéficiant de ses retombées économiques. »

* source OREC 2016