Le secteur d’étude et ses alentours se trouvent dans le grand ensemble paysager de la Garonne du Piémont et plus précisément dans la Garonne du Volvestre.

Perceptions du site d'étude

Une sensibilité très faible en termes de paysage

Le paysage du secteur d’étude a été façonné par l’agriculture. Ce paysage de plaine est fortement marqué par l’eau (Garonne et lacs) et les coteaux du Volvestre se dressant à l’horizon. Cependant, la déprise agricole, l’intensification de l’agriculture et l’expansion urbaine ont progressivement dénaturé ce paysage. Le maintien du bocage, la mise en valeur de l’eau et la maîtrise de l’urbanisation sont les enjeux paysagers de ce territoire. L’ambiance paysagère de la plaine est hétérogène. Rythmée par l’occupation du sol, elle oscille entre le naturel et l’artificiel. L’identité paysagère est fortement marquée par l’eau et l’histoire des constructions.

Une sensibilité faible en termes de relations visuelles

Les nombreux masques végétaux alentours restreignent les vues sur le site. Seules quelques zones proches des terrains, sans masques visuels laissent entrevoir le site d’étude. La seule zone de covisibilité potentielle s’étend au sud depuis l’entrée du site jusqu’aux éléments végétaux à 350 m au maximum des terrains étudiés.

Une sensibilité faible en termes de perceptions depuis les lieux de vie

Une habitation ainsi qu’un tronçon d’une vingtaine de mètres d’un chemin présentent des vues frontales, proches et très partielles du site d’étude. Etant donné le faible nombre de lieux de vie concernés, les sensibilités en termes de perceptions visuelles sont donc faibles sur le site d’étude.

Aucun élément de patrimoine protégé ne présente de vue sur les terrains étudiés.